LE LIVRE JAUNE N°8 – 2014

LE LIVRE JAUNE N°8 – 2014

TUILEUR DE VUILLAUME 1820

Éditions Maçonniques © 2014

« A tous les maçons, pauvres et dans la détresse, qu'ils soient dispersés sur la surface de la terre, sur les mers et dans les airs, en leur souhaitant un rapide soulagement de leur souffrance et un prompt retour dans leur pays natal, si tel est leur désir. » 

Toast du Tuileur…

Si le Tuileur est un officier de la Loge chargé du tuilage, cette opération qui permet, par un jeu de questions-réponses, de s’assurer de la qualité du frère visiteur, s’il est franc-maçon ou non. Vérifier de l'appartenance maçonnique des personnes qui pénètrent dans le temple ou  de l'appartenance d'un frère à certains degrés est de la plus grande importance.

Souvenons-nous des nombreuses divulgations, dès 1728 avec Le Dialogue entre Simon et Philippe et ensuite avec « The Three Distincts Knocks », « Les Trois Coups Distincts », qui est l'une des plus grandes divulgations de la tradition maçonnique anglaise et aussi du Pritchard's Masonry Dissected, « La Maçonnerie disséquée »  de 1730. Sans parler de « La réception mystérieuse » en 1738 et « Le Sceau rompu » en 1745.

A la naissance de la franc-maçonnerie en grande Bretagne, ce terme de Tuileur est très certainement emprunté à la tradition des opératifs. Cet officier apparaît, dès 1717, dans les procès-verbaux de la première Grande Loge avec l'ordre donné par le Grand Maître Anthony Sayer (c.1672 - 1741/2) aux « maîtres et surveillants de rencontrer chaque trimestre leurs Grands Officiers en son lieu indiqué dans les convocations transmises par le Tuileur ». Il faut attendre la seconde édition des Constitutions de James Anderson (c. 1679–1739), en1738 pour que la fonction du Tuileur soit officiellement reconnue. C'est ce qu'attestent les anciens règlements actualisés dans les articles 13 et 28. Mais le Tuileur a aussi une autre fonction. Il doit préparer et accueillir le candidat - un manuscrit de 1750 le compare à « l'ange Gabriel qui, avec une épée flamboyante, garde l'Arbre de la Vie » -, délivre les convocations à domicile et trace le tableau de loge à la craie.

Jusqu'au milieu du XIXème siècle, il porte redingote et haut-de-forme. Le règlement intérieur de la loge Saint-Jean n° 279 à Leicester précise, en 1791: « Le Tuileur devait être habillé aux frais de la loge avec une veste bleue, des culottes et un gilet de velours le tout avec des boutons jaunes, une paire de bas blancs et un tricorne ». La reconnaissance de son rôle intervient dans la seconde moitié du XVIIIème siècle avec l'introduction dès 1762 d'un toast et la composition par Thomas Johnson, auteur de « Une brève histoire des francs-maçons en 1784 (London : Printed by J. Moore, No. 43, Drury-Lane, for the author, No. 5, Queen's-Gardens, Brompton, MDCCLXXXIV), devenu Grand Tuileur des Modernes en 1784, d'un chant en son honneur. Concernant l’ouvrage dénommé Tuileur, c’est en 1820 que le Manuel maçonnique ou Tuileur des divers rites de Maçonnerie pratiqués en France a été publié pour la première fois, et sa dernière parution date de 1980.

Réédité enfin par les Éditions Maçonniques dans une version considérablement enrichie, le TUILEUR DE VUILLAUME dans lequel « on va trouver l’étymologie et l’interprétation des noms et des mots mystérieux donnés dans chacun des degrés des différents rites », est un outil indispensable aux Sœurs et Frères de toutes obédiences. Pour le travail, finalité du maçon et pour l’instruction. Cette dernière participant à la Transmission. Précédé d’un Abrégé des règles de la prononciation de la langue hébraïque, tout en voulant rendre la lecture plus aisée en ne gardant que la phonétique hébraïque et en ôtant la calligraphie de l’alphabet, il est suivi du Calendrier lunaire à l’usage des institutions maçonniques. Cette édition est enrichie de « 32 planches », dont le frontispice. Le Manuel maçonnique ou Tuileur des divers rites de Maçonnerie pratiqués en France a été publié pour la première fois en 1820. Il est considéré comme un "classique" indispensable à la compréhension de l'initiation maçonnique poursuivie jusqu'à son terme le plus élevé.

Le Tuileur fournit la structure complète des trente-trois grades du Rite Ecossais Ancien et Accepté, des sept grades du Rite Français et des quatre-vingt-dix degrés du Rite de Misraïm. Pour chaque grade, il indique, entre autres, la décoration de la loge, du chapitre, etc...

La désignation symbolique des officiers et des frères, l'âge du grade, les tableaux, vêtements, tabliers et bijoux, les légendes propres à chaque degré, les signes, attouchements, batteries, acclamations, mots de passe et mots sacrés, ainsi que l'étymologie et l'interprétation des noms "mystérieux" donnés dans chacun des degrés des différents rites. De l’auteur, Claude André Vuillaume nous connaissons que peu de choses. Contrairement à François Henri Stanislas Delaulnaye ou De L'Aulnaye auteur de : « Le Tuileur des 33 degrés de l'Écossisme » paru en 1813 et qui concerne essentiellement le Rite Ecossais Ancien et Accepté - R.E.A.A. F.H.S. Delaunay n’était pas maçon. Longtemps son livre passa pour être le plus complet et le meilleur qui existe. Il ne comporte pourtant qu’un tableau et 14 planches, mais contient, entre autre, tous les mots sacrés en hébreu avec leur étymologie, la disposition des loges pour tous les degrés et un certain nombre d'annotations philosophiques. 

Ce Tuileur passionnera certainement tous ceux qui fréquentent les Hauts Grades Ecossais. Et chacun pourra s'interroger sur l'ambiguïté de ce Delaulnaye dont la Franc-Maçonnerie était le fonds de commerce mais qui n'hésitait pas à déclarer, en introduction de son manuel : (...) nous le demandons au lecteur, à quoi peuvent désormais servir les sociétés secrètes, de quelle nature qu'elles soient ? Elles sont ou dangereuses, ou inutiles, et, par conséquent, dangereuses encore ; car, dans un sage gouvernement, tout ce qui n'est pas utile nuit. »

Force est de constater que le « Vuillaume » fait autorité en la matière. Ce que nous savons de lui, nous le connaissons à travers l’ouvrage « Les Trinitaires, chroniques d’une Loge chapitrale » par Alain  Mothu  (Mougins. Ed. 2006, 646 p. avec de nombreuses illustrations). C’est l’histoire de la plus ancienne loge et celle du plus ancien chapitre en activité travaillant au Rite Écossais Ancien et Accepté. Paru à l’occasion des 185 ans de la Loge, Les Trinitaires ont mené de nombreux combats tout au long d’une histoire très riche, marquée par de fortes personnalités. Claude André Vuillaume (qui prit le pseudonyme de Protagoras) fonde cet atelier « les Trinitaires » dont il est le premier Vénérable, le 22 juin 1829 ; à la suite de quoi il va créer une loge chapitrale portant le même titre distinctif l’année suivante. Pour la petite histoire, Jean-Émile Daruty sera adopté comme lowton par les Trinitaires en 1844.

Mais ce Tuileur revisité nous livre un trésor en fin de volume. Apocalypse, le mot est dit. Car il s’agit d’une véritable révélation.

Joseph Castelli Joseph CASTELLI 99ème degré, Président du Suprême Conseil des Rites Confédérés et Grand Maître Mondial du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm et de l'Ordre des Rites Unis de Memphis & Misraïm, dans la succession directe de Robert AMBELAIN (1907-1997) et Gérard KLOPPEL (1940-2008).

En complément donc de ce volume déjà très important, on trouve les rituels complets d’initiation des 87ème, 88ème, 89ème et 90ème grades, soit les « Arcana Arcanorum » du Régime de Naples (Statuts de 1816).

Beaucoup de phantasmes ont trait aux Arcana Arcanorum, beaucoup de phantasmes aussi dessus. Faute de les avoir ou de les avoir sans rien n’y comprendre. Ici tout est écrit mais rien n’est révélé. Comme vous pouvez, dans n’importe quelle bonne librairie, trouver tous les rituels maçonniques, lire un texte n’est pas le vivre. Lire un texte n’est pas comme avoir participé à une cérémonie et reçu l’influx donné par le Maître. Rien de la théurgie, rien de ce que peut nous transmettre Joseph Castelli n’est donné ici. C’est pour le chercheur en maçonnologie, le curieux de nature, qu’est, ici, dévoilés ces très beaux textes. Sûrement ceux des plus magnifiques de la franc-maçonnerie.

Joseph Castelli et Les Edition Maçonniques nous offrent un beau cadeau. Soyons dignes de le recevoir et mettons-nous à l’ouvrage pour le travailler. Mais sans une juste filiation donnée par le Grand Maître Mondial, rien ne peut se vivre. Qu’il en soit ainsi.

* * *

MANUEL MAÇONNIQUE

 OU
TUILEUR

DE DIVERS RITES DE MAÇONNERIE
PRATIQUÉS EN FRANCE,

DANS LEQUEL ON TROUVE L'ÉTYMOLOGIE ET L'INTERPRÉTATION DES NOMS ET DES MOTS MYSTÉRIEUX DONNÉS DANS CHACUN
DES DEGRÉS DES DIFFÉRENTS RITES;

PRÉCÉDÉ

D'UN ABRÉGÉ DES RÈGLES DE LA PRONONCIATION DE LA LANGUE HÉBRAÏQUE, POUR AIDER À LA LECTURE DES PAROLES
ET DES MOTS TIRÉS DE CETTE LANGUE ;

ET SUIVI

DU CALENDRIER LUNAIRE, SELON LE STYLE HÉBRAÏQUE, À L’USAGE DES INSTITUTIONS MAÇONNIQUES ;

ENRICHI

DE 32 PLANCHES Y COMPRIS LE FRONTISPICE
PAR UN VÉTÉRAN DE LA MAÇONNERIE.

NOUVELLE ÉDITION 2014

PAR JOSEPH CASTELLI - ÉDITIONS MAÇONNIQUES

ENRICHI

DES RITUELS COMPLETS D'INITIATION & INSTRUCTION
DES 87ème , 88ème , 89ème , 90ème GRADES -  ARCANA ARCANORUM
RÉGIME DE NAPLES - SYLLABUS DUGRADE

* * *

Vous pourriez aussi aimer..

LE LIVRE JAUNE N°1 – 2011

De la Vérité sur l’Ordre et le Désordre
du Rite de Memphis-Misraïm

Auteur : Joseph CASTELLI

Éditions Maçonniques © 2011 - ISSN : 2117-427X

ISBN : 978-2-35213-120-5 - Référence : 9782352131205