LE LIVRE JAUNE N°19 – 2018

LE LIVRE JAUNE - N°19 - 2018

LE RÉGULATEUR DU RITE DE PERFECTION 1762

 EN 25 DEGRÉS D’ETIENNE MORIN

Recherches littéraires par Joseph CASTELLI,

Préface de Mathieu Jean-Charles Calixte,

Postface de Christian de Bonfils.

Éditions Maçonniques © 2018

Retour a la page : Livres Jaunes

Le début de la décennie 1760 marque un tournant capital dans l’évolution du Système Écossais.

Le « Système Écossais dit de Perfection » n’est, qu’une transcription des Usages Maçonniques Parisiens de 1761.

Le 27 août 1761, à Paris, Etienne Morin reçoit une Patente signée des officiers de la première Grande Loge de France le nommant « Grand Inspecteur pour les deux hémisphères du Globe Terrestre ».

L'original de cette Patente, qui ne visait peut-être à l'origine que les Loges Symboliques, n'a jamais été retrouvé.

On ne connaît cette Patente que par des copies qui pourraient avoir été embellies par Étienne Morin lui-même, afin de mieux assurer sa prédominance sur la Franc-Maçonnerie aux Antilles...

L'origine et la diffusion du « Rite de perfection », qui revendique une fondation en 1762, ainsi que la Patente d'origine française, autorisant sa diffusion dans le monde font encore aujourd’hui l'objet de débats entre historiens Francs-Maçons.

C'est muni de cette Patente Française l'autorisant à dispenser des Initiations Maçonniques, basés sur la rituélie d’un nouveau « Système Écossais dit de Perfection » qu'Étienne Morin implantera aux Antilles à partir de 1765 et c'est à partir d’une Patente octroyée par Étienne Morin, qu'Henry Andrew Francken transmet le Rite de Perfection en Amérique du Nord.

Développé par Étienne Morin en 1762, le « Rite de Perfection » comporte 25 degrés dont le dernier était le « Sublime Prince du Royal Secret ». 

Retour a la page : Livres Jaunes